Della Libera Clara

Présentation

Diplômée en 2016 en psychologie clinique à l’Université de Liège, je m’y suis beaucoup interrogée sur la manière dont nous construisons notre compréhension de l’homme et de nous-même. Certains privilégient les théories des sciences, d’autres l’expérience de vie ; la connaissance générale d’un côté, les significations propres de l’histoire de chacun de l’autre. L’ensemble de mon parcours s’est nourri de la conviction qu’une entreprise thérapeutique bien définie permet un dialogue entre ces deux approches ; elle est capable de s’appuyer sur une connaissance rigoureuse du fonctionnement humain mais également de rester au plus près de la singularité de chaque personne et de ce qui la mobilise au quotidien.

Dans cette optique, ma formation s’est principalement alimentée du courant cognitivo-comportemental. Cette approche fonde ses interventions sur des modèles validés pour répondre de la manière la plus adéquate possible à une problématique donnée. Soucieuse d’aller plus loin et d’accroître mes compétences, je poursuis actuellement, dans ce courant, une formation en psychothérapie intégrative à l’université catholique de Louvain (UCL). Celle-ci est pour moi un moyen de me tenir en contact avec des thérapeutes de divers horizons et de rester à jour des dernières interventions valorisées et validées dans ce champ.

Habitée par la volonté de rester au plus près des expériences vécues par les personnes que je rencontre, je m’attache beaucoup à ce qui ressort des approches centrées sur la personne. Dans le cadre de mon parcours, j’ai notamment eu l’occasion de m’intéresser à la phénoménologie, un courant de la philosophie, qui vise une compréhension non jugeante de l’expérience singulière. A plusieurs reprises, celle-ci m’a amenée à enrichir mon expérience par la rencontre, sur terrain, de problématiques spécifiques. C’est ce qui m’a poussé, par exemple, à la rencontre régulière, durant plus d’un an, de groupes d’entre-aide de personnes alcooliques abstinentes. Cette approche me permet actuellement d’offrir un cadre thérapeutique au sein duquel chaque personne est directrice de ce qu’elle amène et des significations qu’elle y accorde

Enfin, parallèlement à ma pratique, j’ai entamé à l’Université de Liège une thèse de doctorat sur les pensées qui surviennent lorsque nous sommes en interaction avec des personnes inconnues. Le but de cette thèse est, à terme, d’explorer l’impact de substances psychotropes sur ces phénomènes à l’aide d’outils technologiques tels que la réalité virtuelle. Cette expérience me permet de rester en contact direct avec les nouvelles connaissances universitaires déployées pour la psychothérapie ainsi que de suivre de près l’intégration des nouvelles technologies à la pratique clinique.

Langues

  • Français
  • Italien (langage courant)
  • Anglais (langage professionnel)